Pissenlit et cholestérol

Le pissenlit est-il utile quand on a trop de cholestérol ?
les bienfaits de cette plante connus depuis l’antiquité sont aujourd’hui avérés

Le pissenlit fait partie des plantes aux vertus alimentaires mais aussi médicinales. De très nombreuses études lui sont actuellement consacrées de par le monde pour avérer le savoir traditionnel. Parmi les preuves du bénéfice de sa consommation on retiendra les effet suivants publiés:

La première action notable porte sur l’estomac dont il favorise la digestion. Il évite donc la distension abdominale, le ballonnement, les éructations après le repas. Il est utile également pour éviter la prise de poids, notamment chez les femmes, par action sur les récepteurs hormonaux du tissu graisseux. Il diminue l’encombrement du foie et limite l’absorption des sucres. D’autres recherches plus poussées laissent entendre qu’il protège le foie et les poumons de la pollution de par son action antioxydante et anti-inflammatoire. C’est par ce biais également qu’il protégerait la paroi artérielle contre l’athérome. Enfin un usage traditionnel a été démontré in vitro : le pissenlit s’opposerait en effet à la prolifération des cellules du cancer du sein et des leucémies. Voici plus de détail sur ces recherches :

L’extrait de  PISSENLIT favorise la digestion gastrique

Empiriquement on attribue au pissenlit la vertu de soigner la dyspepsie, les brûlures d’estomac, et dans la médecine traditionnelle chinoise il est conseillé pour les maux de la rate et du foie.
On vient de mettre en évidence comment il agit sur la dyspepsie (la dyspepsie associe une faiblesse de la motilité gastrique avec lenteur digestive, borborygme, éructations, remontées acides). Le pissenlit favorise directement la digestion au niveau de l’estomac : ainsi une étude publiée en août 2011 a montré que l’extrait de pissenlit évite la stagnation des aliments dans le fond de l’estomac, et stimule leur progression vers le duodénum[1]. Pour cela il  augmente la contraction du fundus et de l’antre de l’estomac, ce qui contribue à une augmentation de la pression intra-gastrique, tout en diminuant la motilité du sphincter pylorique avec diminution de la résistance au passage du bol alimentaire vers l’intestin grêle. Autrement dit le pissenlit favorise l’accélération de la phase gastrique de la digestion. Parallèlement il a un effet anti inflammatoire direct sur l’estomac et le tube digestif. Cet effet est attribué à diverses substances, notamment l’acide chicorique et à la lutéoline[2].(on retrouve aussi ces substances respectivement dans la gentiane et la chicorée)

Pissenlit et régulation du sucre

Le pissenlit est aussi une bonne plante contre le diabète. Une étude a montré que le pissenlit possède une activité comparable à certains hypoglycémiants oraux. Le pissenlit agirait surtout dans le diabète de type 2 (diabète gras)[3]. Le mode d’action du pissenlit serait une inhibition de l’alpha-glucosidase. C’est sur cet enzyme qu’agissent les hypoglycémiants oraux. Il diminue ainsi l’absorption intestinale du sucre.

Une autre étude a révélé l’effet protecteur de l’extrait de pissenlit contre les pancréatites. Elle a été faite en Corée du sud où cette plante est souvent utilisée traditionnellement, et publiée dans la revue « world journal of Gastro-enteroly » en janvier 2005. Le pissenlit y est décrit pour son action anti-inflammatoire et protectrice vis à vis de pancréatite aiguë induite[4].

Le pissenlit a également une action prébiotique, c’est-à-dire qu’il favorise la croissance des bacilles naturels intestinaux ;en particulier, comme l’a montré une autre étude, il aide la croissance des bifido-bacterii.  On peut donc l’associer à la prise de probiotiques[5].

Le pissenlit lutterait contre le surpoids chez la femme.

Une action inattendue du pissenlit est également son effet régulateur sur les hormones de la reproduction ; les hormones exercent leurs actions par l’intermédiaire de récepteurs situés dans divers tissus. On sait par exemple que le tissu graisseux possède des récepteurs à la fois aux œstrogènes, à la progestérone et aux hormones de l’hypophyse, notamment la FSH qui favorise la synthèse d’œstrogènes à partir du tissu graisseux. Le fait qu’il existe de tels récepteurs dans les tissus graisseux induit un cercle vicieux expliquant le surpoids féminin. En effet, plus il y a d’hormones de l’hypophyse, plus les cellules graisseuses synthétisent d’œstrogène. Cela fait encore stocker du gras. En fait l’ensemble des récepteurs hormonaux font grossir. Or des expériences menées chez la souris ont permis de montrer que l’apport d’extrait de pissenlit  régule ces récepteurs[6].

Le pissenlit contre l’athérosclerose

Une étude réalisée chez l’animal a évalué l’intérêt du pissenlit comme préventif de l’athérosclérose.  Pour cela on a comparé les conséquences d’un régime très riche en acides gras athérogènes associé ou non au pissenlit. L’apport de pissenlit protégerait en fait les artères à la fois du stress oxydatif qui contribue au développement de l’athérosclérose, et du dépôt de graisse lui-même lié au syndrome métabolique.Les résultats ont montré que le traitement avec la racine et les feuilles de pissenlit augmente l’activité antioxydante du plasma, diminue le mauvais cholestérol et éviterait les dépôts artériels[7].

Le pissenlit diminue l’inflammation et protège le foie et les poumons contre les toxiques

Une des autres actions du pissenlit, c’est de s’opposer à l’inflammation et à la prolifération cellulaire par son potentiel antioxydant. In-vitro, les extraits de pissenlit sont efficaces pour réduire la libération des PGE2 des cellules hépatiques (les PGE2 sont les prostaglandines pro-inflammatoires induites par un stimulus oxydatif ou par certains acides gras comme ceux contenus dans l’huile de bourrache). Les résultats montrent parallèlement une meilleure viabilité des cellules du foie[8].

Le pissenlit aurait également un effet protecteur direct sur le foie, notamment pour prévenir la fibrose induite par des produits toxiques (état qui conduit à la cirrhose). Chez l’animal en effet des résultats probants ont été publiés encore récemment. Il renforce les capacités régénératrices du foie. Chez l’animal soumis à des produits toxiques qui induisent normalement une cirrhose par fibrose, le pissenlit contribue à réduire les dépôts de fibrine et à restaurer l’architecture histologique[9].

D’autres études ont montré que le pissenlit possède des propriétés anti-inflammatoires protectrices agissant sur divers organes. Il protège le foie dans les intoxications aiguës ; par exemple des souris intoxiquées par du tétrachlorure de carbone font une hépatite rétentionnelle moins grave[10].

Le pissenlit aurait une action protectrice vis-à-vis des poumons. Lorsqu’on provoque une intoxication par des produits inhalés, la prise de l’extrait de la plante protège le tissu pulmonaire[11].

[1]Jin YR, Jin J, Piao XX, Jin NG.The effect of Taraxacumofficinale on gastric emptying and smooth muscle motility in Rodents.NeurogastroenterolMotil. 2011 Aug;23(8):766-e333. doi: 10.1111/j.1365-2982.2011.01704.x. Epub 2011 Apr 1.

[2]Park CM, Park JY, Noh KH, Shin JH, Song YS. Taraxacumofficinale Weber extracts inhibit LPS-induced oxidative stress and nitric oxide production via the NF-κB modulation in RAW 264.7 cells.J Ethnopharmacol. 2011 Jan 27;133(2):834-42. Epub 2010 Nov 11.

[3]Onal S, Timur S, Okutucu B, Zihnioglu F.: Inhibition of alpha-glucosidase by aqueous extracts of some potent antidiabetic medicinal herbs. Prep BiochemBiotechnol. 2005;35(1):29-36.

[4]Seo SW, Koo HN, An HJ, Kwon KB, Lim BC, Seo EA, Ryu DG, Moon G, Kim HY, Kim HM, Hong SH. Taraxacumofficinale protects against cholecystokinin-induced acute pancreatitis in rats. World J Gastroenterol. 2005 Jan 28;11(4):597-9.    

[5]Trojanova I, Rada V, Kokoska L, Vlkova E. The bifidogenic effect of Taraxacumofficinale root.Fitoterapia. 2004 Dec;75(7-8):760-3.

[6]Zhi X, Honda K, Ozaki K, Misugi T, Sumi T, Ishiko O.Dandelion T-1 extract up-regulates reproductive hormone receptor expression in mice.Int J Mol Med. 2007 Sep;20(3):287-92.

[7]Choi UK, Lee OH, Yim JH, Cho CW, Rhee YK, Lim SI, Kim YC. Hypolipidemic and antioxidant effects of dandelion (Taraxacumofficinale) root and leaf on cholesterol-fed rabbits.Int J Mol Sci. 2010 Jan 6;11(1):67-78.

[8]Menghini L, Genovese S, Epifano F, Tirillini B, Ferrante C, Leporini L.Antiproliferative, protective and antioxidant effects of artichoke, dandelion, turmeric and rosemary extracts and their formulation.Int J ImmunopatholPharmacol. 2010 Apr-Jun;23(2):601-10.

[9]Domitrović R, Jakovac H, Romić Z, Rahelić D, Tadić Z.Antifibrotic activity of Taraxacumofficinale root in carbon tetrachloride-induced liver damage in mice.J Ethnopharmacol. 2010 Aug 9;130(3):569-77.

[10]Mahesh A, Jeyachandran R, Cindrella L, Thangadurai D, Veerapur VP, Muralidhara Rao D.Hepatocurative potential of sesquiterpene lactones of Taraxacumofficinale on carbon tetrachloride induced liver toxicity in mice.Acta BiolHung. 2010 Jun;61(2):175-90.

[11]Liu L, Xiong H, Ping J, Ju Y, Zhang X.Taraxacumofficinale protects against lipopolysaccharide-induced acute lung injury in mice.J Ethnopharmacol. 2010 Jul 20;130(2):392-7. Epub 2010 May 25.